Poèmes lus lors de la rencontre du 13 mars 2014- Matthias Vincenot

Les choses qui changent

Nos idées ou nos choix

La rivière échappée

Le chemin de l’hiver

Un regard incendiaire

Un regard incendié

Dans la tête, une voix

Le parfum de l’avant

Arrivé par mégarde

Un visage qu’on garde

Qui nous a oublié

Pour un retour d’enfance

Dans un succès d’été

Pour  les riens de la vie

Les folies accessoires

Notre belle impatience

Qu’on voudrait retrouver

La fin d’un au-revoir

Ou bien l’étrangeté

D’une sorte d’adieu

Qui ne veut pas se dire

Quelques mots qui font rire

La passion, l’habitude

La solitude, au fond

La buée dans les yeux

Les fleuves sous les ponts

Le désir qui se niche

Dans le grain d’une peau

Le reste d’une affiche

Résistant aux années

Les lieux abandonnés

Par le cours de nos vies

Hier et aujourd’hui

L’amour et l’amitié

Parfois tout se mélange

Et les choses qui changent

 

Extrait de L’Âge de mes désirs (livre-CD, éd. Le Temps des Cerises, coll.Le Merle moqueur, 2011) et de Les choses qui changent (éd. Mines derien, 2013, avec des photos de Pascal et Nicolas Rabot)

 

La cour de récréation

 

Finalement c’était simple

La cour de récréation

Vous vous rêviez footballeurs

Policiers ou voleurs

Pilotes d’avion

 

Vous ne compreniez pas bien

Vous aviez un peu peur des filles

Qui ont le rire qui tue

Elles s’évaporaient devant vous

Saviez-vous déjà que ça finirait sur un fil ?

 

Vous rêviez-vous autrement ?

Vous sentez-vous différents ?

Les cosmonautes ont lâché l’affaire

Depuis bien longtemps

 

Tout le monde est parti au hasard

La vie s’est chargée de tout

Et vous a chargés de tout

 

Le bac à sable, ça marche encore

Chacun veut sa place, balance son seau

Certains dissimulent

Un trop beau cadeau

Pour quelques timides, combien de cadors ?

 

Finalement c’était simple

Puis on choisit son camp

Policier ou voleur, plus ou moins

On soigne ses aigreurs

En cachette des copains

 

On continue à marcher, à courir

Et à tourner en rond

 

Extrait de Les choses qui changent (éd. Mines de rien, 2013, avec des photos de Pascal et Nicolas Rabot).

 

 

Un endroit

 

Il y a toujours un endroit

Que l’on cache aux autres, qui le gâcheraient

Un lieu escarpé, comme un peu sauvage

Au moins à nos yeux

Oublié des cartes et de la raison

Que, dans une enfance, on a pu voler

Il y a toujours un endroit

Qui nous ferait croire à quelques histoires

A se raconter, pour laisser passer

Deux ou trois nuages

Il y a toujours un endroit

Discret et sauvage

 

Extrait de La discordance des temps (éd. Le Temps des Cerises, 2009) et de Les choses qui changent (éd. Mines de rien, 2013, avec des photos de Pascal et Nicolas Rabot).

 

 

Amours et ballons

 

Nous irons par des mers enneigées par endroits

Faire les hippocampes et lancer des ballons

 

Il y a tant d’amours perdues dans les rigoles

Que dans les grands espaces, nous lançons des ballons

Parfois nous les perdons

Ou ils sont attrapés par la belle inconnue

Dont les yeux se détachent de notre embarcation

 

La mer a des vertus, mais nous les ignorons

Nous sommes les marins des amours inventées

 

Les amours sont souvent ce que nous en faisons

A travers le regard et le cœur imbécile

Qui se laisse emporter pour les yeux d’une fille

Qui repart en avion

 

Les soleils s’entrechoquent où s’en vont les ballons

Le bonheur, paraît-il, fait ses ondulations

Au rythme de la mer enneigée par endroits

Où les amours du monde voient leurs incohérences

 

Notre incompréhension

 

Extrait de La discordance des temps (éd. Le Temps des Cerises, 2009)et de Les choses qui changent (éd. Mines de rien, 2013, avec des photos de Pascal et Nicolas Rabot).

 

Cet été là

 

Calme soleil au cœur du monde

Si l’air est doux, nous le serons

A l’ombre d’un joyeux désordre

Nous reviendrons

 

Quand je reviens près de la côte

Je repense à cet été là

Il s’éloigne… mais je suis là

« Regarde le chat, c’est ton enfance, tu verras… »

On vit parfois l’instant d’après

Et dans l’ordre l’immuable

Reste la liberté

S’il le faut

Nous irons la voler…

Tout est une question d’atmosphère

Je suis seul, je le sais, quand ces pensées me viennent

Je l’ai toujours pensé

Quand on ferme la grille ce n’est plus l’été

Extrait de Les années aperçues (éd. Lanore, 2012) et de Les choses qui changent (éd. Mines de rien, 2013, avec des photos de Pascal et Nicolas Rabot).

 

Matthias Vincenot

 

 

Laisser une réponse